Translate | Traducir

dijous, 3 de desembre de 2015

Para derrotar al ISIS, crear un estado sunita

EEUU debe definir una nueva geopolítica en lugar de querer recrear el mapa de Oriente Medio surgido de la 1ª Guerra Mundial

La mejor alternativa al ISIS al noreste de Siria y el oeste de Irak es un nuevo estado sunita independiente

El eje ruso-iraní y sus aliados (Hezbollah, Assad y Bagdad respaldado por Irán) quiere mantener sometidos a los sunitas en las fronteras actuales

Los sunitas apoyan al ISIS como antes apoyaron a Al Qaeda en Irak para evitar ser gobernados por Irán vía Bagdad.

Hay que crear una alianza anti ISIS liderada por EEUU en lugar de la coalición propuesta por Putin

Fuerzas de tierra estadounidenses tendrán que ser desplegadas para proporcionar cohesión y liderazgo a la nueva alianza

El modelo a seguir debería ser la operación 'Despertar de Anbar' que revirtió el apoyo suní a Al Qaeda en Irak en 2007


........................................


To Defeat ISIS, Create a Sunni State 
 John R. Bolton

THE NEW YORK TIMES | 24/11/2015

America is debating how to respond to the terrorist attacks in Paris. Unfortunately, both President Obama’s current policy and other recent proposals lack a strategic vision for the Middle East once the Islamic State, or ISIS, is actually defeated. There are no answers, or only outmoded ones, to the basic question: What comes after the Islamic State?

Before transforming Mr. Obama’s ineffective efforts into a vigorous military campaign to destroy the Islamic State, we need a clear view, shared with NATO allies and others, about what will replace it. It is critical to resolve this issue before considering any operational plans. Strategy does not come from the ground up; instead, tactics flow deductively once we’ve defined the ultimate objectives.

Today’s reality is that Iraq and Syria as we have known them are gone. The Islamic State has carved out a new entity from the post-Ottoman Empire settlement, mobilizing Sunni opposition to the regime of President Bashar al-Assad and the Iran-dominated government of Iraq. Also emerging, after years of effort, is a de facto independent Kurdistan.

If, in this context, defeating the Islamic State means restoring to power Mr. Assad in Syria and Iran’s puppets in Iraq, that outcome is neither feasible nor desirable. Rather than striving to recreate the post-World War I map, Washington should recognize the new geopolitics. The best alternative to the Islamic State in northeastern Syria and western Iraq is a new, independent Sunni state.

This “Sunni-stan” has economic potential as an oil producer (subject to negotiation with the Kurds, to be sure), and could be a bulwark against both Mr. Assad and Iran-allied Baghdad. The rulers of the Arab Gulf states, who should by now have learned the risk to their own security of funding Islamist extremism, could provide significant financing. And Turkey — still a NATO ally, don’t forget — would enjoy greater stability on its southern border, making the existence of a new state at least tolerable.

The functional independence of Kurdistan reinforces this approach. The Kurds have finally become too big a force in the region for Baghdad or Damascus to push them around. They will not be cajoled or coerced into relinquishing territory they now control to Mr. Assad in Syria or to Iraq’s Shiite militias.

The Kurds still face enormous challenges, with dangerously uncertain borders, especially with Turkey. But an independent Kurdistan that has international recognition could work in America’s favor.

Make no mistake, this new Sunni state’s government is unlikely to be a Jeffersonian democracy for many years. But this is a region where alternatives to secular military or semi-authoritarian governments are scarce. Security and stability are sufficient ambitions.

As we did in Iraq with the 2006 “Anbar Awakening,” the counterinsurgency operation that dislodged Al Qaeda from its stronghold in that Iraqi province, we and our allies must empower viable Sunni leaders, including tribal authorities who prize their existing social structures. No doubt, this will involve former Iraqi and Syrian Baath Party officials; and there may still be some moderate Syrian opposition leaders. All are preferable to the Islamist extremists.

The Arab monarchies like Saudi Arabia must not only fund much of the new state’s early needs, but also ensure its stability and resistance to radical forces. Once, we might have declared a Jordanian “protectorate” in an American “sphere of influence”; for now, a new state will do.

This Sunni state proposal differs sharply from the vision of the Russian-Iranian axis and its proxies (Hezbollah, Mr. Assad and Tehran-backed Baghdad). Their aim of restoring Iraqi and Syrian governments to their former borders is a goal fundamentally contrary to American, Israeli and friendly Arab state interests. Notions, therefore, of an American-Russian coalition against the Islamic State are as undesirable as they are glib.

In Syria, Moscow wants to dominate the regime (with or without Mr. Assad) and safeguard Russia’s Tartus naval base and its new Latakia air base. Tehran wants a continuing Alawite supremacy, with full protection for Hezbollah in Lebanon and Syria.

As for Iraq, Russia and Iran want the Sunni territories returned to Baghdad’s control, reinforcing Iran’s regional influence. They may wish for the same in Kurdistan, but they lack the capability there.

Sunnis today support the Islamic State for many of the same reasons they once supported Al Qaeda in Iraq — as a bulwark against being ruled by Tehran via Baghdad. Telling these Sunni people that their reward for rising against the Islamic State in Syria and Iraq will be to put them back in thrall to Mr. Assad and his ilk, or to Shiite-dominated Baghdad, will simply intensify their support for the jihadists. Why would they switch sides?

This is why, after destroying the Islamic State, America should pursue the far-reaching goal of creating a new Sunni state. Though difficult in the near term, over time this is more conducive to regional order and stability.

Creating an American-led anti-Islamic State alliance instead of Moscow’s proposed coalition will require considerable diplomatic and political effort. American ground combat forces will have to be deployed to provide cohesion and leadership. But this would be necessary to defeat the Islamic State even if the objective were simply to recreate the status quo ante.

The Anbar Awakening and the American military’s 2007 “surge” provide the model, as do Kurdish successes against the Islamic State. Local fighters armed, trained and advised by the United States would combine with Arab and American conventional forces.

The military operation is not the hardest part of this post-Islamic State vision. It will also require sustained American attention and commitment. We cannot walk away from this situation as we did from Iraq in 2011.

The new “Sunni-stan” may not be Switzerland. This is not a democracy initiative, but cold power politics. It is consistent with the strategic objective of obliterating the Islamic State that we share with our allies, and it is achievable.



John R. Bolton, a scholar at the American Enterprise Institute, was the United States ambassador to the United Nations from August 2005 to December 2006. Follow The New York Times Opinion section on Facebook and Twitter, and sign up for the Opinion Today newsletter. A version of this op-ed appears in print on November 25, 2015, in The International New York Times. Today's Paper|Subscribe

No hay causas sociales del yihadismo

« Il n’y a pas de causes sociales au djihadisme »
Paul Berman


Le Monde | 30.11.2015

Nous, les modernes, croyons en la doctrine des « causes profondes », selon laquelle de fortes pressions sociales sont toujours à l’origine de la rage meurtrière, mais les poètes de l’Antiquité ne voyaient pas les choses de cette manière. Ils considéraient la rage meurtrière comme un trait constant de la nature humaine. Ils pensaient, comme l’a écrit André Glucksmann, que « le principe destructeur nous habite ». Ou alors ils attribuaient cette fureur à des dieux irascibles dont les motivations, emportées et fantasques, ne nécessitaient aucune explication.

Pour les poètes, n’importe qui était susceptible de plonger dans une rage meurtrière – un peuple vaincu, une femme blessée ou une victime des dieux. C’est la rage elle-même qui suscita leur attention, non pas ses origines ou ses causes supposées. Ils consacrèrent toute leur science, poétique, à l’examen de la fureur : à ses rythmes, ses mètres, son vocabulaire, ses nuances, ses degrés d’intensité. L’Enéide est aussi bien une traversée de la Méditerranée qu’un parcours à travers les différentes mutations de cette rage.

Nous, les modernes, préférons néanmoins les chercheurs en sciences sociales aux poètes, parce que nous pensons fondamentalement que le monde est soumis à une certaine logique impersonnelle de cause à effet, que les sciences sociales précisément nous révèlent. Nous sommes convaincus que, si un mouvement terroriste se déchaîne à travers le monde, sa cause est nécessairement à chercher dans un principe de destruction extérieur aux terroristes eux-mêmes.

Il y a autant de « causes profondes » du terrorisme islamiste qu’il y a d’experts en sciences sociales. Et elles disent tout et son contraire Nous nous tournons alors vers les spécialistes en sciences sociales qui, apparemment, n’ont aucune difficulté à en cerner la cause : c’est une question d’identité professionnelle. Que nous disent les économistes ? Que la folie terroriste a bien une cause profonde : la pauvreté. Et les géographes ? Que c’est l’aridification du Moyen-Orient qui a provoqué cette vague de terrorisme. Il y a autant de « causes profondes » du terrorisme islamiste qu’il y a d’experts en sciences sociales. Et elles disent tout et son contraire.

On nous explique que la cause profonde du djihad islamiste est l’invasion et l’occupation militaire de puissances étrangères, comme en Tchétchénie et en Palestine, alors même qu’à Rakka, et ailleurs qu’en Syrie, ce sont les djihadistes eux-mêmes qui représentent des occupants étrangers. On nous dit que le chaos qui suivit le renversement des dictateurs ayant sévi pendant des décennies est à l’origine des mouvements terroristes, comme en Libye, alors que, dans le cas des terroristes marocains, c’est la frustration suscitée par l’impossibilité de renverser la monarchie qui est en cause. On nous explique que c’est le despotisme du général Sissi qui a entraîné l’explosion du terrorisme en Egypte, mais que c’est la fin du despotisme de Ben Ali qui en est la cause en Tunisie. On nous dit que le sionisme est la cause du terrorisme islamiste partout dans le monde, mais, en Syrie, les leaders mondiaux de l’antisionisme nous ont fait comprendre que, au final, ils préféraient se massacrer entre eux.

Contradictoires et fantasques

Avant 2011, on considérait que la présence américaine en Irak était à l’origine du terrorisme qui sévissait dans une partie du monde ; après 2011, c’est le retrait américain qui en est devenu responsable. Les inégalités économiques expliquent tout… comme les contrariétés de la vie dans les républiques égalitaires scandinaves. Le chômage explique tout ? Pourtant des terroristes surgissent au Royaume-Uni, où le taux de chômage est remarquablement bas. Le manque d’éducation explique tout ? Pourtant l’Etat islamique est dirigé par un homme diplômé en sciences islamiques, qui est à la tête du réseau de propagande sur Internet et sur les médias sociaux le plus sophistiqué du monde.

On nous dit que l’islamophobie est la cause du terrorisme islamiste – alors que l’immense majorité des terroristes islamistes viennent de pays musulmans où l’islamophobie n’est vraiment pas le problème. Ailleurs dans le monde, en France, par exemple, c’est l’exigence intolérante faite aux immigrés de se conformer à la culture française qui aurait fait naître le terrorisme islamiste ; au Royaume-Uni, ce serait au contraire le refus multiculturaliste d’exiger d’eux une adaptation.

Il se pourrait que ce soit la doctrine des causes profondes elle-même, telle qu’elle se trouve développée en sciences sociales, qui échoue totalement à cerner les causes du terrorisme Les causes profondes du terrorisme islamiste se révèlent, au bout du compte, aussi nombreuses que les divinités antiques, et aussi contradictoires et fantasques qu’elles. Il se pourrait que ce soit la doctrine des causes profondes elle-même, telle qu’elle se trouve développée en sciences sociales, qui échoue totalement à cerner les causes du terrorisme.

Les investigations des sciences sociales réussissent à peine à identifier ce que Glucksmann appelait des « circonstances favorables », qu’il serait certainement crucial de connaître, si seulement nous parvenions à distinguer les interprétations valides des interprétations fallacieuses. Et pourtant, même la synthèse la plus pertinente et la mieux renseignée des circonstances favorables ne pourra jamais nous amener au cœur du sujet, à savoir la rage.

Doctrine antipoétique

C’est pourquoi la doctrine des causes profondes est profondément erronée. Elle encourage à prêter attention à tout sauf aux rythmes, aux mètres, au vocabulaire, aux intensités émotionnelles et aux nuances de la rage terroriste elle-même, c’est-à-dire à l’idéologie islamiste et à ses modes d’expression. La rage terroriste repose sur la haine, et la haine est une émotion qui est aussi un discours, en l’occurrence un discours élaboré composé de tracts, de poèmes, de chants, de sermons et de tout ce qui peut alimenter un système idéologique parfaitement huilé. Pour comprendre le discours, il faut disposer de ce que l’on pourrait appeler une « poétique ».

Or, la doctrine des causes profondes est antipoétique. En cela, elle représente une régression par rapport à la poésie antique. Elle nous empêche de comprendre ceux-là mêmes qui veulent nous tuer. Pire : la doctrine des causes profondes nous induit à penser que la rage insensée, étant le résultat prévisible d’une cause, ne saurait être vraiment insensée. Pire : la doctrine des causes profondes nous conduit au soupçon que nous pourrions nous-mêmes en être la cause.

Après les attentats du 11 septembre 2001, de nombreuses personnes ont considéré que l’Amérique avait eu ce qu’elle méritait. Il y a dix mois en France, on entendait que les caricaturistes de Charlie Hebdo l’avaient bien cherché, que les juifs l’avaient bien cherché. Et on commence déjà à entendre la même rengaine à propos des supporteurs du Stade de France, des gens venus dîner au restaurant ou écouter du rock. De cette manière, la doctrine des causes profondes, qui promeut une certaine forme d’aveuglement, nous enlève jusqu’à l’envie de résister.



Paul Berman est un écrivain et essayiste américain. Il est notamment l’auteur des Habits neufs de la terreur (Hachette Littératures, 2004) et de Cours vite camarade ! (Denoël, 2006). The New York Review of Books, The New Republic, ou la revue d’études juives Tablet ont publié ses articles. Historien de la gauche, il en a critiqué les positions à l’égard de l’islam radical, qui sont à ses yeux trop conciliantes. En 2003, il a défendu l’idée de la guerre en Irak, tout en condamnant la manière dont elle a été conduite par l’administration Bush.