Translate | Traducir

dimarts, 16 de maig de 2017

Inestabilidad en Irán: ¿Golpe de Estado en perspectiva?



A l’aube de l’élection présidentielle et trente-sept ans après son installation, le régime des ayatollahs en Iran fait face à une grave crise interne à la fois au niveau politique et économique. Avec le départ attendu de son leader malade, l’ayatollah Ali Khamenei, le risque d’un coup d’Etat au sein du régime et d’une période d’instabilité, voire de chaos, se profile de plus en plus à l’horizon.

Contrairement à l’image d’un Iran puissant et stable que l’on se fait de l’étranger, le régime traverse une période de grave crise économique et d’incertitudes politiques accompagnées de tensions internes et de vif mécontentement populaire sans précédent depuis son installation. Les quatre années du gouvernement Rohani prétendument «réformiste» et l’accord nucléaire avec le P5+1 n’ont rien apporté aux Iraniens en termes de prospérité économique et de progrès civil. Les fonctionnaires, notamment les retraités, ne sont plus payés depuis sept mois, et caisses et banques d’Etat sont vides. 60% de la jeunesse (la moitié de la population) est au chômage. 80% des Iraniens vivent sous le seuil de pauvreté et 7% d’entre eux n’ont pas les moyens de payer leur loyer et une majorité deviennent des kartun khaab: ceux qui vivent dans des boîtes en carton, selon l’expression locale. En plus du chômage, la jeunesse iranienne est très touchée par le phénomène de la drogue et pas moins de 10% de la population fait usage de drogue, dont la grande majorité a moins de 30 ans.
Seguir leyendo...